Cinégotier a demandé à Hélène Fillières quelle est son actrice préférée. Elle a choisi Catherine Deneuve. Sous la direction de Vincente Minnelli, elles rejouent Tea and sympathy/Thé et sympathie (1956).

Avec l’adaptation de Tea and Sympathy, la pièce de Robert Anderson, Vincente Minnelli allait couper le sifflet des sirènes de L. A., stopper ces satanées rumeurs d’homosexualité. N’avait-il pas convolé quatre fois ?… Minnelli était sûr de son coup. Il détenait le casting idéal pour immortaliser à l’écran Laura Reynolds, l’épouse délaissée du professeur de sport et Tom Lee, l’élève sensible surnommé par ses camarades « sister boy ». Au final de ce mélodrame, Tom ne se révélerait pas gay puisqu’une idylle l’unirait à Laura !

Ce projet de la MGM avait pris corps pendant le dernier séjour de Minnelli à Paris. Maria Callas qui rêvait de cinéma l’avait invité à dîner à son domicile du 36 avenue Georges Mandel. Parmi les convives, sa voisine d’immeuble, une autre légende : Catherine Deneuve. La blonde mythique était arrivée en compagnie d’une jeune comédienne, Hélène Fillières. Une androgyne au regard de braise. Ce couple inattendu inspira Vincente sur-le-champ. Catherine Deneuve incarnerait Laura Reynolds. Quant à Tom Lee, il ne serait pas interprété par un homme mais par Hélène Fillières !
Dès son retour à Hollywood, Minnelli demanda à Anderson de modifier le script de Tea and sympathy, l’envoya aux deux actrices. Une fois le contrat de la star française verrouillé par une horde d’agents et d’avocats, la Grande Catherine et la Belle Hélène rejoignirent Hollywood. Minnelli s’entendit de suite avec Deneuve dont la virilité lui rappelait l’aplomb d’Ava Gardner.

Vint le tournage de la séquence du baiser entre Laura et Tom. Dans une forêt fantasmagorique, le costume bleu de Fillières contaminait de son désir le chemisier ocre et la blondeur de Deneuve. Catherine offrit à son jeu une ampleur maternelle, une charge œdipienne d’une telle intensité que le corps gracile d’Hélène sembla se dissoudre entre ses bras. Les lèvres des deux femmes s’aimantèrent. Laura Reynolds murmura : « Years from now when you talk about his, and will, be kind. ».
On raconte que Minnelli, la tête dans les mains, ne put contenir son émotion. Deneuve demanda à l’équipe de vider le plateau, retint Fillières par la main. Elle parla à Vincente de compassion, de tolérance, d’acceptation de soi-même. Hélène garda à jamais secrets les mots de Catherine.

filliere-helene_richard-dumas_FQ9(1)Photo © Richard Dumas

Ce texte est dans FAUX Q # 9