La villa portugaise de Bertrand

19. EXT. NUIT – PARC VILLA

OFF
Coney island baby

La voiture sombre arrive à la hauteur de la grille qui s’ouvre comme par enchantement.
Le véhicule emprunte l’allée.
Les troncs et les cimes des arbres sont éclairés par les phares.
La voiture glisse sur les graviers et s’arrête devant la villa.
Laura, en manteau, attend dans l’embrasure de la porte.
Clément descend du véhicule.
Laura court vers la voiture, embrasse la joue de Clément et prend place à côté d’Antonio.
Le véhicule démarre et repart.

OFF
Coney island baby meurt au rythme de la voiture qui s’éloigne.

La voiture disparaît.
Clément reste seul au milieu des bruits nocturnes de la nature.

20. INT. NUIT – SALLE DE BAIN

Les yeux clos, Clément se douche.
Il laisse longtemps couler l’eau sur son front, son cou, ses épaules…
Il tourne la poignée d’eau chaude et laisse l’eau froide.
Le dos de Clément est saisi.
Il appuie ses mains sur la vitre dépolie et offre sa nuque au jet glacé.

fondu enchaîné

21. INT. NUIT – CUISINE

La grande enveloppe blanche du notaire est posée au centre de la table. Elle semble attendre Clément en peignoir éponge blanc, les pieds nus, les cheveux mouillés, ses lunettes fumées sur le nez, et qui se remplit un grand verre de vin rouge.
Clément baisse le corps de lampe ancienne. La lettre est cernée par un halo de lumière rond et précis comme une arène.
Clément pose son verre sur la table et lentement décachète l’enveloppe. Deux plus petites s’en échappent. L’une d’elles tombe sur le sol. « CLEMENT » est inscrit à son recto.
Sur la table, l’autre enveloppe offre son verso.
Clément, en ramassant l’enveloppe à terre, renverse son verre de vin avec la manche de son peignoir.

OFF CLEMENT
Merde !

Le liquide rouge se répand sur le bois et glisse sous l’enveloppe.
Clément saisit la missive imbibée, éponge le vin avec sa manche.
Il lit « HELENE » sur l’enveloppe qui semble avoir saigné.
Clément décachette l’enveloppe à son nom, en extrait une lettre d’où tombe une clef sur la table.
Clément parcourt la lettre et la glisse dans une poche du peignoir. Il s’empare de la clef.
La lettre tâchée de vin reste seule au centre du rond de lumière.

fondu enchaîné

22. INT. NUIT – VESTIBULE

Clément traverse la pièce faiblement éclairée.
Il s’enfonce dans un couloir et est absorbé par l’obscurité.

fondu enchaîné

23. INT. NUIT – BUREAU BIBLIOTHÈQUE

Clément débarrasse une chaise d’une pile de livres qui tombent avec fracas sur le sol.
Il sort la lettre de sa poche. Vise un pan de la bibliothèque. Plante la chaise devant et monte dessus.
Sur la pointe des pieds, il atteint une étagère en hauteur et fait tomber plusieurs ouvrages qui laissent un espace noir derrière eux. Il y plonge sa main. La pousse de toutes ses forces. En vain.
Grimpé sur une échelle de bibliothèque, Clément balaye d’un revers de main tous les livres de l’étagère.
Il saisit un briquet, l’allume et inspecte le fond de l’étagère avec la flamme. Un tasseau est logé au cœur d’un angle en bois.
Le briquet brûle les doigts de Clément. La douleur lui fait lâcher l’objet qui tombe à terre parmi les livres.
Clément actionne le tasseau à l’aveuglette en poussant l’étagère avec son épaule.
Clément descend de l’échelle et s’appuie de tout son poids contre le pan qui pivote avec lourdeur, avec difficulté. Une ouverture comme un grand trou sombre crève peu à peu la bibliothèque.
Clément fébrile cherche le briquet parmi les livres.
Il allume un bougeoir unique posé sur le bureau.
Il pénètre dans le trou sombre.

fondu enchaîné

24. INT. NUIT – CABINET

Clément arrive devant une petite porte ancienne en bois à l’armature en fer. Il sort la clef de la poche de son peignoir, ouvre la porte qui grince et pénètre dans la pièce.
Le vacillement de la flamme dévoile furtivement plusieurs photographies d’une femme d’une grande beauté.
La flamme révèle un interrupteur. Clément l’allume.

OFF
Musique

Une lumière forte et blanche dévoile un cabinet minuscule aux murs et au plafond tapissés de portraits encadrés, de prises de vue de tournage, de photographies de la comédienne HELENE ALBAN.
Sur une chaise placée au centre du cabinet est posée une chemise cartonnée.
Clément l’ouvre et découvre à l’intérieur un manuscrit.

fondu enchaîné

25. INT. NUIT/JOUR – BUREAU BIBLIOTHÈQUE

OFF
Musique

Un grand désordre règne dans la pièce.
Assis au bureau devant un cendrier à moitié plein et une bouteille de vin presque vide, Clément est plongé dans la lecture du manuscrit.

ellipse

Clément sommeille sur les pages éparses du manuscrit.

OFF
Plateau posé brusquement sur le bureau.

Une cafetière et une grande tasse apparaissent nettement. En flou, la silhouette de Laura qui s’agite dans la pièce. Elle ouvre brutalement les volets. La lumière du jour dévore la bibliothèque.
Clément, hirsute, le peignoir sale, émerge avec difficulté.
Il plisse les yeux, chausse ses lunettes et voit précisément Laura, l’air furieux, qui range les livres.
Il se sert une tasse de café. Ses yeux tombent sur les feuilles éparses du manuscrit. Laura pose des livres sur le bureau en ignorant Clément. Il la retient par son carnet. Il arrache une page sur laquelle il griffonne quelques mots. Il tend la page à Laura.
Elle lit, son expression se fige. Elle regarde Clément dans les yeux.

fondu au noir

26. INT. JOUR – VESTIBULE/ESCALIERS/PALIER

Clément a un téléphone mobile contre l’oreille. Il monte les marches jusqu’à l’étage, et emprunte le couloir qui mène à sa chambre.

CLEMENT

Si c’était Bertrand qui te le demandait, tu lui dirais oui !… Et bien alors ?… Écoute ! Écoute-moi !… Alors fais le nécessaire pour la réservation, OK ?… Tu le veux à temps ton roman, oui ou non ?… (soupire) … Oui, oui, j’attends…

Il passe devant la chambre de Bertrand. S’arrête.
Tous les meubles sont recouverts de draps blancs. Ils ressemblent à des fantômes.
Un ouvrier ferme les volets. Un autre achève de recouvrir le lit. Le regard de Clément croise ses yeux. L’ouvrier lui sourit.

27. INT. JOUR – CHAMBRE CLÉMENT

Clément, toujours en ligne, entre dans la pièce où Laura range quelques vêtements dans une valise posée sur le lit. Elle la referme et s’apprête à la soulever.
Clément interrompt son geste. Il prend le bagage qui va rejoindre un autre bagage au pied du lit.

CLEMENT
… C’est bon alors ?… (silence) Merci … (impatient) D’accord … OK … Au revoir …

Le jeune homme raccroche brutalement et jette le téléphone sur le lit qui tombe près du manuscrit de Bertrand.
Laura quitte la pièce et croise l’ouvrier au sourire qui porte une pile de draps blancs.
Le regard des deux hommes se croise.
Clément s’empare du texte et le fourre dans l’étui de son ordinateur portable. L’ouvrier ferme les volets.

28. EXT. JOUR – VILLA PARC

Clément, assis dans le fond d’un taxi portugais, regarde à travers la vitre arrière.

OFF
Musique

Laura se tient immobile devant la porte d’entrée et devient de plus en plus petite. La villa s’éloigne en rapetissant elle aussi.
Les cimes des arbres de l’allée se réfléchissent sur la vitre et défilent sous les yeux de Clément.

fondu enchaîné

29. EXT. NUIT – PORTO

OFF
Musique

Sur les vitres du taxi, certains monuments illuminés de la ville défilent.

iris qui se ferme sur carton noir

Porto by night

La suite au prochain épisode…