« Dis-moi ton actrice préférée, je te dirai qui tu es… »
Isabelle Pesquié-Geday, cofondatrice et Directrice générale de Magillem, pionnier de l’exploitation de contenus « métier » en France, a choisi Marie-France Pisier.

isabelle-pesquie-geday-souvenirs-de-marie-franceIsabelle Pesquié-Geday entretient avec Marie-France Pisier un lien de quasi-filiation. Sa marraine Françoise (extension de France) naît en 1944 comme la vedette et possède la même voix vive, cristalline. Isabelle à l’image de Marie-France a une sœur dont elle est très proche, deux enfants, s’est mariée deux fois.

En 1985, elle participe au tournage de la série Le Tiroir secret de Édouard Molinaro. La jeune fille est fascinée de voir l’actrice se plonger dans la lecture d’un livre entre chaque prise. Cette soif d’apprendre réunit la Colette de François Truffaut et Isabelle Pesquié-Geday. Elle dévore enfant les tomes des Gens de Mogador de Elizabeth Barbier dont Ludivine, l’impétueuse héroïne, est incarnée à la TV par Pisier.

La comédienne en 1984 devient romancière. Isabelle se passionne pour Le Bal du gouverneur que Marie-France adapte et réalise au cinéma. L’élaboration d’un scénario est proche du concept de Magillem : structurer des flux d’informations afin de valoriser l’accumulation du savoir. Accumulation pour l’actrice et l’ingénieure ?… Non, boulimie d’apprentissage. Pêle-mêle à elles deux : Lettres et Math Sup, Science Po, École du Louvres, études de droit public… Le tout couronné par un credo féminin, féministe qui embrasse la vie personnelle, professionnelle et soutient toujours le combat des femmes.
Les engagements d’Isabelle l’impliquent dans la Ligue des Droits de l’Homme, Amnesty International telle Marie-France qui défend La Cause du Peuple avec Sartre et Beauvoir, protège Cohn-Bendit en 1968.

Entre New York et Paris les deux villes de sa vie, Isabelle envoie des French Postcards* à sa (Cousin,)cousine* de cœur. Des Souvenirs d’en France* à son modèle qui incarna Chanel* outre-Atlantique. Un style d’être où le temps n’est pas horizontal, mais s’organise en bulles qu’Isabelle Pesquié-Geday espère multiples, légères, profondes. Très Pisier.

* French Postcards de W. Huyck (1979), Cousin, Cousine de J. C. Tachella (1975),
Souvenirs d’en France de A. Téchiné (1976), Chanel solitaire de G. Kaczender (1981).

Cette chronique est dans Femmes & Business by L’Expansion
(lettre réservée aux abonnés)